Pour inaction contre les MGF : Le Mali traduit devant un tribunal régional par des femmes !

Pour inaction contre les MGF : Le Mali traduit devant un tribunal régional par des femmes !

Un certain nombre de groupes de défense des droits des femmes ont déposé une plainte contre le gouvernement du Mali devant le tribunal régional d’Ecowas pour essayer de forcer les autorités de Bamako à prendre des mesures contre les mutilations génitales féminines (MGF), selon les confères de radio France Internationale. L’initiative pourrait créer un précédent juridique et avoir des implications plus larges sur le continent.

Le dépôt légal, confirmé par RFI lundi, à la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Ecowas) à Abuja, au Nigéria, conteste l’incapacité du gouvernement malien à promulguer des lois ou une politique interdisant les MGF.

“Nous allons de l’avant avec cela pour voir si cela peut pousser le gouvernement actuel à agir”, a déclaré Grace Uwizeye de EqualityNow, une organisation internationale qui œuvre pour la protection des femmes et des filles.

«C’est notre dernier recours pour voir comment nous pouvons soutenir et protéger les femmes et les filles au Mali de cette pratique», a déclaré Uwizeye.

Obligations légales

Le Mali est partie aux instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme, tels que le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Protocole de Maputo), qui comprend spécifiquement des articles contre l’élimination des pratiques néfastes telles que les MGF.

Néanmoins, malgré la signature du Protocole de Maputo, ainsi que de la Convention des Nations-Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF), les gouvernements successifs du Mali n’ont pas criminalisé cette pratique.

“Il y a eu de nombreux gouvernements en place au Mali. Donc, nous ne pouvons plus attendre”, a déclaré Uwizeye, consultant pour l’organisation non gouvernementale, faisant référence aux différents gouvernements au pouvoir avant la junte militaire actuelle qui n’ont pas non plus agi.

L’affaire, qui a été déposée le 29 mars 2021, pourrait créer un précédent juridique et établir la jurisprudence en Afrique de l’Ouest et sur le continent africain dans son ensemble, en utilisant un tribunal régional pour tenir un État responsable de ses obligations de protéger les femmes.

Une telle action en justice a déjà été engagée contre l’État malien en relation avec le mariage des enfants, mais utiliser des voies juridiques similaires pour arrêter les MGF serait une première, selon Uwizeye.

EqualityNow s’est associé à l’Institut pour les droits de l’homme et le développement en Afrique (IHRDA), l’Association malienne pour le suivi et l’orientation des pratiques traditionnelles et l’Association pour le progrès et la défense des droits des femmes dans le cadre de la contestation judiciaire.

Enseignements religieux

Les MGF restent une pratique courante au Mali et les autorités comptent sur la sensibilisation, mais cela ne suffit pas, a déclaré Uwizeye à RFI.

“Le plus grand défi vient des chefs religieux, qui continuent vraiment à croire que la pratique est une exigence religieuse, mais ce n’est pas le cas”, a-t-elle ajouté, décrivant combien de personnalités religieuses avaient effectivement dénoncé publiquement la pratique, et sont allées jusqu’à publier fatwas contre.

Pourtant, tous les enseignants spirituels n’ont pas pris position contre elle, et “un certain groupe de chefs religieux” continue d’avoir une influence sur le gouvernement, ce qui les rend réticents à interdire les MGF, selon Uwizeye.

Le gouvernement malien a précédemment envisagé d’interdire cette pratique, comme l’ont rapporté les médias locaux, bien qu’aucun changement de loi n’ait jamais été promulgué.

Environ 89% des femmes âgées de 15 à 49 ans sont excisées au Mali, selon une enquête démographique et sanitaire de 2018, réalisée par l’agence nationale des statistiques du Mali, avec un financement de l’Agence américaine pour le développement international.

Près des trois quarts des filles âgées de 0 à 14 ans sont excisées et la grande majorité des filles sont excisées avant l’âge de 5 ans, selon l’enquête.

Une majorité d’hommes et de femmes pensent que la pratique est exigée par la religion, mais plus une personne est éduquée, moins elle est susceptible de penser qu’elle devrait continuer.

Rassemblées par Fabrice Abdoul

Source : La PLume

Mali Vitrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.