HWPL/Communiqué de Presse : Le projet “ Nous sommes un”, l’union et l’unité par le dialogue social pour la paix au Mali

HWPL/Communiqué de Presse : Le projet “ Nous sommes un”, l’union et l’unité par le dialogue social pour la paix au Mali

Le projet “Nous sommes un” qui a été initié par l’ONG HWPL et sept structures organisatrices maliennes a fait son retour avec de nouvelles sessions le 11 Juin et le 19 Juin 2021 sur le thème des conflits inter-ethniques. L’Association pour la Promotion de la Paix et des Initiatives de Développement au Sahel (APPIDS), ONG Gourma, Tiessiri Association pour les droits des femmes et enfants, Droits de l’Homme au Quotidien (DHQ), Léo Lagrange, Association de Développement pour Servir la Communauté́ (ADSC), et Mali’Dev se sont rassemblés avec HWPL pour coopérer ensemble afin de proposer des initiatives concrètes pour répondre aux enjeux et besoins actuels du Mali.

Lancé au mois de mars 2021, le projet “Nous sommes un” vise à créer et à proposer un programme d’action prospectif pour chaque région, qui sera mis en œuvre dans tout le pays par un large éventail de réseaux de représentants de la société́ civile, d’institutions, d’ONG, et de groupes de réflexion, tout en collaborant avec le gouvernement Malien.

A terme, afin de mettre en œuvre des actions pratiques pour la pérennisation du projet, une plateforme durable et active sera créée pour que les citoyens venant de diverses régions et domaines, ainsi que le gouvernement puissent collaborer ensemble sur la proposition de résolutions réalisables et concrètes. La concrétisation de ce projet pourra ainsi favoriser la restauration des relations et de la confiance entre le gouvernement et la société civile.

En effet, suite à un premier webinaire d’ouverture en Mars sur les ODD (Objectifs de développement durable), chaque trimestre, des sessions de dialogue ont été initiées par HWPL et les organisateurs du projet pour discuter en ligne sur Zoom des principales causes des conflits régionaux ainsi que des solutions pour les résoudre avec l’aide de toutes les parties prenantes de chaque région. Grâce à la création de mini-salle de travail virtuelle sur la plateforme, plusieurs questionnements ont pu être abordés par les participants. Ainsi, Ils ont contribué à des échanges qualitatifs mettant en exergue le point de vue des citoyens et ONG maliennes.

Les sessions du 11 et 19 Juin ont abordé la thématique des conflits inter-ethniques, en mettant en avant une problématique que l’on retrouve dans la région Centre du Mali à Ségou, Mopti. Des journalistes, des organisations non gouvernementales, et des représentants de la société civile malienne se sont rassemblés sur Zoom pour partager leurs opinions, points de vue et travailler à la proposition de solution fiable face à ce fléau qui entraîne la division au sein de cette région. L’échange, la cohésion et le partage furent au cœur des discussions pour mobiliser les participants à proposer des éléments de réponses concrets.

Pour rappel, la présence de conflits inter-ethniques est un phénomène qui a pris de l’ampleur avec les crises politiques au Mali, des facteurs qui attisent la discorde entre les populations dans le pays.

Comme M. Abdoulaye Doumbia, Chef de projet chez APIDEV l’a souligné, “le rôle de la société civile est déterminant pour aboutir à la paix et la cohésion sociale. L’organisation de dialogue intercommunautaires peut aboutir à l’identification et la résolution des conflits.” En effet, pour créer un environnement paisible où la cohésion sociale est au cœur des échanges, il faut favoriser la discussion grâce à une approche holistique des problèmes.

Pour compléter les propos de Monsieur Doumbia, Mahamar Hayou, Chargé de la Gouvernance et de Cohésion Sociale à Delta Survie a précisé le besoin d’encourager des rencontres avec toutes les parties incluses : “Comme les autres l’ont déjà dit, il faut vraiment multiplier les rencontres au niveau communautaire. Il faut vraiment la participation de l’État. Il faut que la société civile pousse l’État à revenir à la base. Sans ça, la situation sera toujours compliquée.”

En conclusion, cet évènement a permis d’établir des axes d’amélioration pour aider à la résolution de ses conflits inter-ethniques présents au Mali. La prise de parole des participants sur des questions suggérées par HWPL a permis une modération effective de l’événement, pour les échanges d’opinions et d’idées.

Le Mali est un pays qui recense des richesses culturelles, ethniques, et linguistiques multiples, et au sein de son territoire elle rassemble différents groupes de populations qui ensemble peuvent avoir un impact positif quant à la résolution des conflits que l’on retrouve dans le pays. « Nous sommes un » met l’accent sur l’importance d’impliquer les citoyens maliens et sur le pouvoir qu’ils détiennent en s’unissant peu importe leurs régions (Nord, Sud, Centre, Ouest) afin de faire face aux difficultés du pays. Ce travail est l’aboutissement d’un projet collaboratif, qui vise à promouvoir une pleine compréhension des défis actuels au Mali afin de créer de nouvelles formes de développement et de partage des ressources. En Septembre prochain, la prochaine session aura lieu sous le thème de l’esclavage, dans les villes de Bamako, Kayes, Kolikoro, Sikasso au Sud du mali. Cette dernière session marquera le début de l’élaboration du rapport de Résultats du Dialogue pour la Paix et la Cohésion Sociale / RRDPCS) sur la résolution des problèmes dans chaque région qui doit être soumis au gouvernement.  Nous espérons vous retrouver nombreux en Septembre pour discuter de ce sujet d’actualité.

Mali Vitrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.