Dr Hamed Sow, « C’est un leurre total de penser que le Mali puisse tenir seul face à la CEDEAO et le bloc occidental »

Alors que  les chefs d’Etat de la CEDEAO s’apprêtent à tenir  le dimanche prochain un sommet sur la situation qui prévaut au Mali, l’ancien ministre, Dr Hamed Sow propose aux autorités de la transition d’adresser «  une demande argumentée » à l’institution ouest-africaine et à la communauté internationale sur le report des élections dans un délai court.

Le nouveau vice-président de l’URD estime qu’il ne doute pas un instant de la volonté réelle du Président et du Premier ministre de la Transition de réussir leur mission pour  le pays. Mais,   pense-t-il,  «  il  faut trouver les voies et moyens de sortir de la fuite en avant, portée par les courants populistes, sous le sceau d’un pseudo patriotisme ».  Dr Hamed Sow a affiché  son opposition  à tout projet  de  bras de fer avec  la Cédeao par rapport au non-respect du délai de la  transition.

Et de prévenir les autorités de transition en ces termes : « C’est un leurre total de penser que le Mali puisse tenir seul face à nos voisins de la CEDEAO, de l’UA, des Nations-Unies, du bloc occidental ». Cet ancien pensionnaire de l’OCEDE indique que le temps est à la recherche de la désescalade. C’est pourquoi il exhorte les autorités « à envoyer des signaux forts à la CEDEAO, avec une demande argumentée de report des élections, pour un court délai, et cela sans attendre la tenue des Assises nationales de la Refondation ». Il affirme prodiguer ces conseils, après avoir échangé avec des acteurs clés, internes et externes, engagés pour la sortie de crise au Mali.

Le gouvernement de la transition du Mali  s’en remet à ces  assises pour trancher l’épineuse question du report de la date des élections prévues  le 27 février 2022.  La Cédeao dirigée par le Président Ghanéen, Nana Akufo-Addo, n’est pas de cet avis et exige le respect du délai de 18 mois de la transition. En visite  à Bamako, il y a deux semaines,  le président en exercice de la Cédeao  a tenu un message ferme  à la hauteur de  ses pairs  chefs d’Etat dans un entretien à huis clos avec le président de la transition.  L’organisation ouest-africaine  note moins d’avancée dans la mise en œuvre des engagements  pris par les autorités maliennes vers un retour à l’ordre constitutionnel.

Source : Maliweb.net

Mali Vitrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.